>

Infecticide

Poil De Cœur

Infecticide - Poil De Cœur

D!HR-29 / CC BY-NC-ND 4.0 / 2016-02-04 / flac / mp3 / bandcamp / freemusicarchive / youtube /


Infecticide
Poil De Cœur


Pour la 29e sortie du label Da ! Heard It Records, Infecticide revient chahuter la chanson française avec éclat et ferveur psychoactive: “Poil de Cœur” arrive avec la nouvelle année, comme une carte de vœux musicale sous un sapin mort. À l’intérieur, une virée en eau profonde entre friandises wave neuroleptiques, sueur punk, et poésie des soirées qui finissent à 15 heures du matin… Les plaisirs dominicaux proposés par michel Drucker n’auront plus jamais la même saveur.
Artistes complets, les trois affreux investissent tous les moyens qui passent entre leurs mains sales pour faire de leur bébé une arme nocturne à caractère sadique, et le public se retrouve à genoux devant tant de maîtrise dans l’art du foutage de gueule.
C’est que nous avons à faire à un trouple précieux, dans les pittoresques paysages de France. Même si le trio parisien nous martèle à coup de tarte dans la gueule, comme sur “Fais-le moi-le”, que le plat pays qui n’est pas le sien lui sied à merveille, le réduire à l’élégante EBM assurerait une pluie de tomates pourries. En témoigne l’abrasive “Pistache” qui aurait pu recevoir l’adoubement d’une block party à l’époque du Boogie Down, ou encore “Ton Tanga”, entre puissance électronique et exaltation des dessous intimes. On retrouve avec “Prehistronic” ou “Petit Tricheur” ce qui a fait la marque de fabrique de l’escadron sur le premier album, un mélange rock de musiques synthétiques, ou, au choix, une synthèse de rock en synesthésies.
Il faut également souligner le panache derrière les lyrics d’Infecticide, comme dans “Le monopole du cœur”, vision fantasmagorique des grands dictateurs de notre histoire, ou dans “Une petite motte de peur” dont les accents slomo dub de l’enfer nous rappellent amicalement notre condition d’être humain: “un chimpanzé en pull, un babouin maléfique”.
Les réjouissantes illustrations de Junie Briffaz mettent la touche finale à ces 13 brulôts. L’objet physique au toucher avec les doigt de la main offre 1 badge, 2 cartes postales, les paroles et un stickers.
Antoine (texte)
Danielle Josset (traduction)

Donate flac mp3 bandcamp freemusicarchive youtube

Artwork by Junie Briffaz
Mastering par Romain Drogoul

Releases

Nouveau

ORBI
Ventron

TOP

Artists

Illustrators

TOP

Documentary

TOP